Creeper et Reaper, les premier virus et antivirus jamais créés

L’archéologie informatique a la particularité de contenir de petites histoires qui offrent de belles références. Nous en avons tous entendu parler. Comme celle de Creeper et Reaper.

Et c’est que l’informatique est une technique jeune, mais elle a tellement évolué et si vite qu’elle a développé tout un monde de petits événements historiques, quasi mythologiques, qui ont fini par donner lieu à des phénomènes très répandus et qui affectent, aujourd’hui, nos vies tous les jours.

Parce que, qui ne connaît pas les virus informatiques ? Qui n’a subi aucun d’entre eux ? Les logiciels malveillants sont une réalité désagréable que tout utilisateur d’appareils informatiques peut rencontrer. Parfois une simple curiosité ennuyeuse, d’autres fois un vrai problème, la vérité est que les virus, les chevaux de Troie, les logiciels espions, le logiciel malveillant en bref, est un problème auquel tous les utilisateurs informatiques doivent faire face à un moment donné.

Mais, d’où viennent ces logiciels ennuyeux et malveillants ? Qui a eu l’idée de jouer avec les ordinateurs des autres ? Dans cet article, nous découvrirons les origines de l’idée, et même la première tentative d’arrêter les virus, grâce au premier antivirus de l’histoire.

L’histoire de Creeper et Reaper.

« Je suis la plante grimpante : attrape-moi si tu peux » .

C’était en 1971, et ce message commença à apparaître sous les yeux étonnés des quelques utilisateurs qui géraient les ordinateurs faisant partie de l’ARPANET (le réseau original qui, avec le temps, donnerait naissance à Internet). Que signifiait cette phrase énigmatique ?

C’était la carte de visite de Creeper, le premier virus informatique de l’histoire, développé par Bob Thomas, un programmeur chez BBN Technologies.

Aussi déconcertante que fût son message, l’intention de Thomas n’était pas – loin de là – nuisible. Son objectif était de créer un programme pour confirmer, dans la pratique, s’il pouvait se déplacer entre les ordinateurs. Et, en effet, cela a réussi.

Cependant, Creeper était totalement inoffensif et n’avait rien à voir avec les virus nuisibles qui se sont développés des années plus tard. Après avoir « infecté un ordinateur », Creeper affichait son message, commençait à imprimer un fichier et, avant de terminer l’impression, passait à l’ordinateur suivant sur le réseau, disparaissant du premier.

Bien que son mécanisme puisse paraître très simple, il ne faut pas oublier que c’était la première fois que l’on créait un logiciel capable d’être automatiquement transmis d’un ordinateur à un autre. Cela impliqua non seulement la confirmation pratique des idées déjà énoncées par John von Neumann dans les années 1940, mais la création de son ennemi juré, le premier antivirus de l’histoire : Reaper.

Parce que Reaper était, clairement, une réponse à Creeper. Vous n’avez qu’à réfléchir sur son nom ; tandis que Creeper signifie « plante grimpante », Reaper signifie « sécateur ». Une bonne solution pour « couper » ce qui se prolonge là où il ne devrait pas…

Il n’y a aucune trace sûre de qui a développé Reaper. Certaines versions affirment qu’il s’agissait de Bob Thomas lui-même, tandis que d’autres affirment que c’était l’œuvre de Ray Tomlinson, le célèbre créateur du courrier électronique.

La vérité est que Reaper était très efficace dans son objectif : dès qu’il détectait l’attaque de Creeper, il l’éliminait du système, l’empêchant de se propager à d’autres ordinateurs.

Certains remettraient en question le caractère « viral » de Creeper, puisqu’il ne se multipliait pas, mais voyageait d’une équipe à l’autre. En fait, le concept de virus et d’antivirus n’existaient pas encore à l’époque (ils remontent aux années 80). Cependant, et pour ceux qui ne sont pas convaincus que Creeper était vraiment le premier virus, nous pourrions parler du premier virus de l’histoire qui était également malveillant : Rabbit.

Rabbit et les premiers virus malveillants.

Rabbit est arrivé peu de temps après Creeper, plus précisément après un an, en 1972. La principale différence est que Rabbit s’est reproduit sur l’ordinateur infecté, jusqu’à ce qu’il envahisse le système et le fasse planter.

Des années plus tard, certains de ses successeurs sont arrivés, comme Elk Cloner, en 1981, qui a affecté l’Apple II, et a été transmis via les disques de démarrage du système d’exploitation, ou BRAIN, le premier virus pour PC, développé en 1986.

L’histoire de BRAIN est curieuse et mérite un petit paragraphe. BRAIN a été l’un des premiers virus à se propager massivement (il a infecté environ 20 000 ordinateurs à l’époque, ce qui n’est pas un chiffre mineur) et a été transmis via des copies illégales de MS-DOS, afin de les contrôler et d’empêcher sa propagation. Une fois à l’intérieur du système, il enverrait un message à l’utilisateur l’avertissant de l’infection et fournissant des informations de contact afin de fournir une solution (rappelant certains logiciels malveillants très populaires ces derniers temps, n’est-ce pas ?).

La vérité est que cette petite histoire sur les virus et les antivirus sert à mettre en évidence un fait que nous subissons tous les jours : dans le monde de l’informatique il n’est pas facile de savoir quel petit événement pourrait finir par devenir un phénomène mondial. Le concept développé dans une expérience anecdotique et inoffensive, telle que Creeper, a fini par être perverti dans d’autres mains moins bien intentionnées, jusqu’à donner lieu à un problème qui affecte tous au moment le moins attendu, et a même généré la création d’entreprises millionnaires, comme les fabricants d’antivirus, dont l’activité principale consiste précisément à freiner les descendants plus « caïnites » de la petite plante grimpante.

Et maintenant que vous connaissez l’histoire de Creeper et Reaper, que diriez-vous de prendre quelques minutes pour connaître Pandora FMS ?

Parce que si vous travaillez dans le secteur informatique ou si, par exemple, vous avez une entreprise qui travaille avec les technologies de l’information, vous êtes probablement intéressé de savoir ce qu’un logiciel de supervision comme Pandora FMS peut faire pour vous.

Parce que Pandora FMS est un logiciel de supervision flexible, capable de superviser des périphériques, des infrastructures, des applications, des services et des procédures commerciales.

Souhaitez-vous en savoir plus sur ce que Pandora FMS peut vous offrir ? Cliquez ici : https://pandorafms.com/fr

Ou vous pouvez également envoyer vos questions sur Pandora FMS. Pour cela, il vous suffit de remplir le formulaire de contact que vous pouvez trouver à l’adresse suivante : https://pandorafms.com/fr/contact/

L’équipe de Pandora FMS se fera un plaisir de vous aider !

Shares

Téléchargez gratuitement le rapport le plus complet sur la surveillance sécurisée d'IDG research.