Allons au fait sur la gestion des données : Les entreprises ont besoin de données, mais en accumuler trop peut être préjudiciable. Une surabondance de données peut corrompre le professionnel de l’informatique, le transformant en un accapareur avide. Être indigeste avec des informations excessivement répétées, obsolètes ou banales, les données dites ROT, est mauvais. Entreprises du monde ! Le Diable vous tente avec le Big Data ! Quelque chose qui, trop, peut être nocif ! Nous vous en parlerons dans cet article.

Les cinq erreurs que nous commettons dans la gestion des données

Le département liturgique de Pandora FMS, parce que oui, nous avons un département liturgique, juste à côté du département de communication, a compté ces dernières semaines les fautes les plus méprisables et les plus coupables dans la gestion des données. Jusqu’à cinq péchés sont comptés. Détendez-vous, ils ne sont normalement pas commis par un seul contrevenant, ce sont généralement des mini-points accumulés, au fil du temps, par plusieurs membres d’une équipe. Cependant, nous allons lister ces vices afin que vous puissiez compter ceux que vous portez vous-même.  L’échelle est :

  • Une faute commise : Pécheur.
  • Deux fautes commises : Très pécheur.
  • Trois fautes commises : Pécheur excessif.
  • Quatre fautes commises : Au bord de l’enfer.
  • Cinq fautes commises : Vous brûlerez en enfer alors que le Grand Grimoire pointe ses tridents sur vous.

Première infraction :

Vous et votre entreprise avez un désir incontrôlable de données. Vous finissez par en collectionner une immensité dans l’espoir de réaliser le plus de progrès possible. Cependant, malheureusement, trouver quelque chose d’intéressant parmi une telle mine d’informations est comme trouver le balai dans un appartement étudiant : une tâche très difficile.

Deuxième infraction :

Savez-vous quand vous avez eu le repas du siècle dans le hamburger à la mode et que malgré tout ce que vous avez déjà mangé, vous demandez la carte des desserts pour voir quel gâteau au fromage ils ont ? Eh bien, l’excès de données, et la consommation de toutes les données que nous pouvons avaler sans objectif prévu, est comparable. C’est vrai, sans un processus d’archivage étroit, l’empressement d’une entreprise à fagotiser les données se traduit par un ensemble de données inutiles, obsolètes et inutiles.

Troisième infraction :

La cupidité nous dépasse ! Et vous amassez, et amassez, emporté par la cupidité. Au final, cela conduit à dépenser de l’argent sur plus de matériel, le plus pointu du marché, pour traiter et stocker toute cette masse de données que vous accumulez. Vous faites cela au lieu de trouver un processus fiable pour classer, archiver et supprimer les données indésirables.

Quatrième infraction :

En raison de la quantité massive de données dont vous disposez, vous effectuez paresseusement et lentement votre enquête et votre processus. Et c’est que plus vous accumulez de données, vous et votre entreprise, plus il vous en coûtera de temps pour les traiter et faire, par exemple, des copies de sauvegarde.

Cinquième faute :

Une entreprise peut se sentir plus en sécurité et stable plus elle a de données, cependant, la vérité est différente, plus elle a de données, plus la préoccupation est grande. Avoir le baril plein de données ne veut rien dire, si en fait ces données ne sont pas utilisées correctement.

Objectif de point de récupération (RPO) et objectif de temps de récupération (RTO)

Combien de fautes/péchés avez-vous accumulées dans cette liste ? Avez-vous levé la main plusieurs fois en criant « Oui, je suis coupable » ? Eh bien, avant de brûler en enfer, je veux vous dire qu’il existe un plan pour échapper à ses chaudrons : trouvez et définissez un objectif de point de récupération (RPO) et un objectif de temps de récupération (RTO). Oui, monsieur, c’est la première étape. Le RPO définit une quantité tolérable de perte de données avant qu’une entreprise ne puisse récupérer. Et le RTO, d’autre part, marque le temps dont les professionnels des données ont besoin pour récupérer les données sans mettre l’entreprise dans un état irréparable. Pour vous donner une idée, l’un des moyens d’étendre le RPO consiste à faire des copies de sauvegarde des journaux de données. Cependant, de grandes quantités de données peuvent rendre les temps de sauvegarde trop longs, mettant à nouveau notre entreprise dans une impasse. C’est pourquoi il n’est pas nécessaire d’accumuler autant de données inutiles.

Ne confondez pas un plan de récupération avec un plan de sauvegarde. Vous devez d’abord créer un plan de récupération, puis préparer votre plan de sauvegarde. Le plan de sauvegarde nuancera vos objectifs RTO et RPO, tandis que le plan de récupération abordera la récupération après sinistre et les objectifs de haute disponibilité.

Conclusions

Aujourd’hui, dans ce blog, nous avons appris qu’un excès de données peut être le signe d’un plan d’affaires échoué et nous avons exposé les cinq erreurs qui provoquent généralement l’augmentation de ces données inutiles. De tout ce que nous avons déduit que la meilleure chose est d’avoir un but à atteindre avec ces données et d’en avoir une quantité gérable, permettant ainsi aux professionnels de fonctionner de manière plus simple.

L’argent n’est pas une panacée, payer pour du nouveau matériel semble toujours être la solution mais parfois c’est juste un signe que votre entreprise n’est pas assez compétente. Connaître ces problèmes et trouver une solution peut vous faire gagner du temps et de l’argent.


Souhaitez-vous en savoir plus sur ce que Pandora FMS peut vous offrir ? Découvrez-le en cliquant ici. Si vous avez à superviser plus de 100 appareils, vous pouvez également profiter d’un ESSAI GRATUIT de 30 jours de Pandora FMS Enterprise. Installation Cloud ou On-Premise, vous choisissez !! Obtenez-le ici !.

Sachez également que si vous avez un petit nombre de périphériques à superviser, vous pouvez utiliser la version OpenSource de Pandora FMS. Trouvez plus d’informations ici.N’hésitez pas à envoyer vos questions. La formidable équipe derrière Pandora FMS se fera un plaisir de vous aider ! Et si vous voulez suivre toute notre actualité et vous aimez l’informatique, les mises à jour et, bien sûr, la supervision, nous vous attendons dans notre blog et dans nos différents réseaux sociaux, y compris Linkedin, Twitter sans oublier Facebook. Nous avons même une chaîne Youtube, et avec de très bons conteurs. Ah, nous avons aussi une nouvelle chaîne Instagram! Suivez le compte, nous avons encore un long chemin à parcourir pour égaler celui de Billie Eilish.

Shares

Téléchargez gratuitement le rapport le plus complet sur la surveillance sécurisée d'IDG research.