Guide de démarrage rapide (Cloud)

Présentation de ce guide

Le but de ce guide est de présenter rapidement Pandora FMS à quelqu'un qui n'est pas familiarisé avec Pandora FMS, mais qui a une connaissance moyenne/haute des systèmes et du réseau. Nous ne prétendons pas faire une longue liste de toutes les caractéristiques de Pandora FMS, seulement souligner les plus importantes d'entre elles, de façon à ce que que l'utilisateur du guide puisse effectuer des tâches de base de l'administration et du fonctionnement en un temps record.

Il est bon à savoir que la formation officielle de Pandora FMS dure 40 heures et la documentation officielle a plus de 1200 pages. C’est donc juste un petit pont pour simplifier l'accès à Pandora FMS.


Depuis la sortie de la version 7 NG en 2017, le système d'exploitation utilisé dans l'image ISO est CentOS 7. Toutefois, en raison de la très bonne vitesse de l'internet (100 mbps ou plus), il est actuellement recommandé d'effectuer une installation en ligne (cloud) et, une fois l'installation terminée, de se rendre au point de départ de la surveillance.

Installation

Environnement du serveur Pandora

Le terme “fournisseur de Cloud” (ou simplement “Cloud”) est utilisé pour décrire l'hébergement de machines virtuelles, de manière exclusive ou partagée, chez des fournisseurs spécialisés disposant de matériel, d'hyperviseurs et de systèmes web de support client pour la configuration et l'administration.

Pour chacun d'entre eux, vous pouvez installer l'édition communautaire de Pandora FMS. CentOS 7.x est recommandé comme système d'exploitation, 4 gigaoctets de mémoire RAM et 20 gigaoctets d'espace disque libre, de préférence sur Solid State Drive (SSD).

Accédez à la ligne de commande telle que fournie par votre fournisseur de Cloud et exécutez :

curl -Ls https://pfms.me/deploy-pandora | sh

Dans le cas de l'utilisation de RHEL / Rocky Linux:

curl -sL https://pfms.me/deploy-pandora-el8 | sh

Premiers pas

Une fois installé, le système devrait démarrer et après quelques secondes affichez le bureau qui doit être similaire au suivant :

La première étape est de connaître l'adresse IP que le système nous a attribué afin que nous puissions nous connecter au serveur depuis l'extérieur. Dans ce terminal , nous allons écrire la commande :

ifconfig


Vous pouvez également utiliser la commande ip address show .

Vous pouvez voir cet exemple. Dans ce cas particulier, l'adresse IP du système est 192.168.70.158 .

Si le système a démarré et obtenu une adresse IP du réseau local via DHCP, il apparaîtra dans la liste. Pour définir une adresse IP fixe pour ce système (par exemple 192.168.70.121), vous pouvez le faire via la commande nmtui qui affiche une interface graphique similaire à celle-ci :

Une fois que vous connaissez l'adresse IP du système Pandora FMS, vous pouvez y accéder depuis l'extérieur de la machine virtuelle, ce qui est toujours plus confortable. Vous pouvez le faire via SSH ou HTTP. Rappelez-vous que vous définissez le mot de passe root ( super-utilisateur ) dans la configuration.

Ouvrez un navigateur web (Google Chrome® et Mozilla Firefox® recommandés) et tapez l'adresse suivante dans la barre d'adresse, composée de l'adresse IP (x.x.x.x) que vous avez obtenue du serveur :

http://x.x.x.x/pandora_console

Dans l'exemple, ça serait

http://192.168.70.158/pandora_console

Mais vous devez correctement obtenir l'adresse IP de votre système pour continuer. Si tout est correct , vous devez accéder à l'écran d'accueil de la console Pandora FMS, similaire à la suivante:

Utilisez les informations d'identification par défaut: l'utilisateur admin et mot de passe pandora.

Une fois arrivé à ce point, vous avez une installation complète de Pandora FMS prêt à être utilisé

Activation de la licence Enterprise

Cette section est uniquement pour les utilisateurs de la version Enterprise. Si vous souhaitez évaluer une démo, veuillez nous contacter.

Ce processus n'est pas nécessaire si nous avons une licence Metaconsole car ce type de licence active automatiquement chaque nœud associé.

Il est très important de ne pas démarrer le daemon pandora_server avec la version Enterprise installée, sans avoir activé la version Enterprise de la console, car il y aura des échecs.


Vous trouverez de plus amples informations dans le tutoriel vidéo (en anglais) «How to renew Pandora FMS License». Une fois que vous avez accédé à Pandora par le navigateur, vous serez invité à entrer une licence valide:

Cliquez sur Request new licence et passez à l'étape suivante. Dans ce cas vous devez remplir l'information de contact et le Auth key que notre service commercial vous a envoyé.

Passez à l'étape suivante en cliquant sur Online validation, et enfin cliquez sur Validate.

Une fois cette étape terminée, la licence apparaîtra automatiquement prête à être validée.

Une fois que toutes les étapes ont été réalisées, la console est prête à être utilisée.

Démarrage du serveur Enterprise

Cette section est uniquement pour les utilisateurs de la version Enterprise. Si vous souhaitez évaluer une démo, veuillez nous contacter.

Après avoir activé la licence, le serveur Enterprise doit être démarré. Vous pouvez vous connecter au serveur FMS Pandora via un terminal de commande (local ou distant) ou via la fonctionnalité QuickShell si vous accédez à l'agent qui surveille le serveur lui-même.

sudo /etc/init.d/pandora_server start

À partir de la version NG 754, des options supplémentaires sont disponibles pour le démarrage et l'arrêt manuels des environnements de haute disponibilité (HA).

Pour vérifier le bon fonctionnement, accédez à Pandora via votre navigateur et allez sur ServersManage servers. Vous devriez voir quelque chose comme ce qui suit :

Détecter les problèmes dans votre réseau

Pour commencer avec Pandora FMS , la meilleure option est de détecter et d'essayer de contrôler les dispositifs qui sont autour. Peu importe si ce sont des PC avec MS Windows®, serveurs Linux ou routeurs/commutateurs parce que nous faisons un suivi très basique ( vérifier s’ils répondent à une commande ping ). Après cela, et une fois qu'ils sont détectés nous pourrions améliorer le suivi.

Créer une tâche Recon

Dans le menu latéral allez sur DiscoveryHost&Devices. Cliquez sur le bouton Net Scan, cela permettra la création d'une tâche de reconnaissance.

Il créera la tâche comme suit : Vous devrez modifier uniquement la plage de réseau à analyser, dans cette capture d'écran c'est 192.168.70.1/24, ce qui signifie que tous les hôtes du réseau 192.168.70.xx seront analysés. Le masque approprié sera utilisé ici pour définir le réseau. Sélectionnez le groupe Applications, qui sera utilisé pour contenir les dispositifs qu'il détecte. A partir de maintenant, nous appellerons génériquement “agents” les dispositifs gérés et/ou surveillés par Pandora FMS.

Sous Modèle de module (Module template), sélectionnez l'option de surveillance de base Basic monitoring, qui couvre uniquement les contrôles de latence et de disponibilité du réseau. D'autres types de contrôles, tels que SNMP ou WMI, peuvent être sélectionnés pour être effectués pendant l'enquête.

Une fois créée, l'entrée s'affiche. Cliquez sur l'icône de la loupe pour afficher les détails de la tâche :

En cliquant sur l'icône de la loupe, vous verrez l'état actuel de la tâche, qui dans ce cas est terminée. Dans cette image, vous pouvez voir que la barre de progression a disparu et que le système a trouvé les systèmes du réseau pour les ajouter à la surveillance.

Vérificación des systèmes découverts

Attendez que l'ensemble du réseau soit détecté. Une fois terminé, accédez à la vue détaillée de l'agent (menu latéral gauche MonitoringViewsAgent detail) pour voir tous les systèmes détectés.

À ce stade, nous pouvons voir plusieurs systèmes qui ont été correctement détectés par Pandora FMS. Dans certains cas, ils ont résolu le nom du système (si par DNS c'est possible) et pour d'autres, il a détecté le système d'exploitation. En cliquant sur le nom (le premier de notre capture), nous irons à la vue en détails de l'agent, qui nous montrera toutes les informations dans ce système.

Ajouter une vérification à distance sur un système déjà surveillé

Join SNMP fever. New Wizards: Network Monitoring (vidéo en anglais)

Maintenant que nous avons nos systèmes détectés, nous allons ajouter quelque modules de surveillance. Nous allons ajouter la surveillance suivante :

  • Trafic réseau sur une interface.
  • Perte de paquets dans le réseau.
  • Voir si un service répond au réseau via un port TCP.

Trafic de réseau sur l'interface

Cela exige que SNMP soit configuré sur un dispositif distant. Ceci doit généralement être activé et une configuration minimale doit nous permettre de consulter les données. Les dispositifs SNMP vous permettent de configurer les adresses IP qui peuvent faire des requêtes et avec quel communauté qui à toutes fins, sont une sorte de mot de passe.

D'abord il faut localiser l'agent où nous voulons obtenir le réseau de circulation, dans notre cas c'est 192.168.70.1. Suivant le même processus (menu latéral gauche MonitoringViewsAgent detail) nous arriverons à la vue principale de l'agent que nous voulons configurer et nous cliquerons sur le dernier onglet sur ​​la droite, ce qui nous amène à la vue modifier de cet agent .

Nous allons voir la vue principale de modification de l'agent. Nous allons montrer le sous-menu Wizards de configuration pour cet agent, nous choisirons Wizard Interface SNMP:

À ce stade, nous devons fournir à la communauté SNMP ce que nous avons configuré sur notre ordinateur, et vérifier que l'appareil supporte les requêtes SNMP activées dans l' IP qui montre l'écran. Nous pouvons changer l'IP et la communauté SNMP qui par défaut est public . Une fois que nous l'avons rempli, la touche SNMP Walk apparaît. Si tout va bien, il nous montrera les interfaces et les données que nous pouvons obtenir de leur part.

Avec CONTROL-Click (ou CMD-Click sur Mac) nous pouvons sélectionner plusieurs éléments dans les deux caisses, comme indique la capture. Nous vous recommandons de toujours surveiller le trafic de Sortie (ifOutOctets), le trafic qui Rentre (ifInOctets) et l'état de l'interface de connexion (ifOperStatus) pour chaque interface. Dans ce cas particulier, eth1, eth2 y eth3.

Appuyez sur le bouton Create modules et un écran pour nous informer que les modules ont été créés apparaît.


Nous devons prendre en compte que les modules de trafic réseau sont de type incrémental, c'est à dire que leur valeur correspond à la différence entre l'information qu'on vient de recueillir et la précédente. Il nous montre une “taxe” (dans notre cas bytes/sec) donc il faut un certain temps (entre 5 et 10 minutes) avant de montrer quoi que ce soit.


Nous cliquerons sur l'onglet View pour revenir à la vue de l'agent et nous attendrons 5 minutes jusqu'à ce que nous aurons les données de trafic, de refroidissement ou en cliquant sur l'onglet View. Après un certain temps, nous devrions avoir quelque chose comme cela, où nous avons des modules de données de trafic (d'entrée et de sortie séparément) et une nouvelle section sur l'écran de l'agent, qui montre l'interface d'information avec accès direct à un graphique avec le trafic sortant et le trafic d'entrée superposée (cliquez sur le titre qui dit Interface information (SNMP) ).

Si vous souhaitez accélérer l'exécution des modules réseau, vous pouvez utiliser l'icône de vérification à distance forcée (ne fonctionne pas avec les modules locaux, ou récupérés localement par un agent logiciel). Selon la charge du serveur, l'exécution du test de réseau peut prendre entre 2 et 15 secondes.

L'information du trafic des modules se verra de la façon suivante, et les graphiques pour chaque métrique. Cliquant sur ​​l'icône graphique il affiche une fenêtre avec le graphique de l'écran et en appuyant sur les données d'icône une table avec les données.

Perte de paquet dans le réseau

Les plugins à distance sont des vérifications définis par l'utilisateur qui utilisent un script ou un programme qui est déployé sur le serveur de Pandora FMS, de sorte qu'il peut être utilisé pour surveiller. Nous voulons ajouter un “plugin distant” préconfigurés dans Pandora FMS.

Nous allons utiliser un plugin standard, pour cela, nous allons passer à la vue modification de l'agent et à l'onglet configuration des modules.

Nous choisissons un module de type plugin et en donnant le bouton créer (Create), ce qui conduira à la création de type de modules d'interface “Plugin à distance”.

Nous allons choisir le plugin Packet loss en utilisant le menu déroulant, et finalement nous allons mettre l' IP sur laquelle nous voulons lancer la vérification. Les autres champs nous les laisserons comme ils sont. Le mode d'édition est similaire, seul le bouton Create (Créer) est remplacé par le bouton Update (Mettre à jour).

Rafraîchissez l'écran plusieurs fois, jusqu'à ce que le nouveau module apparaisse dans la liste :

Ceci est un plugin très intéressant, utilisé avec celui de la connectivité de base (ping) et le temps de latence, il sert pour déterminer la qualité de notre réseau, et qui indique le pourcentage de perte de paquets, prenant des échantillons toutes les 5 minutes.

Surveillance d'un service de réseau TCP

Dans ce cas, nous allons ajouter la surveillance pour vérifier qu' un service SMTP (Email) est actif sur une machine. Cela peut être une vérification très complexe (simulant l'envoi des informations d'identification d'utilisateur et mot de passe, envoi d’e-mail, etc.), nous allons le simplifier, vérifiant seulement que le port soit ouvert et qu'il réponde.

Pour cela, répétez les mêmes étapes initiales que dans l'exemple précédent, mais cette fois nous choisirons “module de réseau” (Network module).

Utilisez ensuite les commandes déroulantes jusqu'à ce que vous trouviez la coche souhaitée (Check SMTP Server) et cliquez pour créer le module.

Finalement, nous répéterons les étapes (allez sur la vue de l'opération, et rafraîchissez jusqu'à ce que l'écran s' affiche) de sorte que le résultat final soit quelque chose comme ceci:

Ajouter une alerte lorsque survient un problème

Do not panic: we talk about alert systems. | Workshop Pandora FMS (vidéo en anglais)

Dans Pandora FMS la façon la plus simple consiste à attribuer une alerte d'avertissement à un module spécifique. Vous pouvez faire des choses plus avancées (alertes des événements, corrélation, etc), mais ceci n'est pas expliqué dans ce guide. Notre première alerte sera tout simplement d’envoyer un mail lorsque l'une des machines que nous vérifions est défaillante (avec le module Host alive).

Les alertes Pandora FMS sont composées de trois éléments:

  • Commande.
  • Action.
  • Template.

Dans ce cas, nous allons utiliser une commande prédéfinie (envoi d'email). Nous allons modifier une action existante (Mail to XXX) et nous allons également utiliser un modèle qui existe déjà, le modèle Critical condition qui va exécuter l'alerte lorsque le module en question apparaît dans un état critique.

Configuration du serveur

Pour un bon fonctionnement de la commande email, nous avons mis dans le fichier de pandora_server.conf, un serveur de messagerie qui permet le relay.

Dans l'exemple, le serveur de messagerie situé sur notre hôte local (localhost) via Postfix . Vous devez saisir l'adresse IP du serveur de courrier local, ou d'un serveur sur Internet (en configurant l'authentification pour cela).

Une fois que nous ouvrons le terminal, nous devons ouvrir le fichier de configuration du serveur /etc/pandora/pandora_server.conf en tant que root, de sorte que nous devrions nous faire root avec sudo su. Vous êtes seul responsable de ce mot de passe.

Pour éditer le fichier de configuration dans cet exemple, le programme vim est utilisé. Vous trouverez de plus amples informations dans le tutoriel vidéo (en anglais): «Editing files with VIM».

Recherchez les lignes indiquées dans la capture d'écran ci-dessous et définissez ces valeurs. Si vous ne disposez pas d'un serveur de messagerie, vous pouvez utiliser par exemple un compte Gmail. Vous pouvez consulter un guide rapide sur la façon de configurer le serveur FMS Pandora pour qu'il fonctionne avec un compte Gmail dans le lien suivant (en anglais): Email alert configuration.

Les lignes qui commence par le caractère # sont des commentaires et ne sont pas pris en compte par le serveur.

Une fois les modifications terminées, nous pressons ESC + :wq pour quitter et nous confirmons pour enregistrer les modifications.

Après avoir enregistré les changements nous redémarrons Pandora FMS serveur:

service pandora_server restart

Configuration d'alerte

Les alertes dans Pandora FMS se composent de 3 parties: Command, Action et Template. Nous pouvons trouver ces options dans la section Manage Alerts.

Pour configurer cette alerte, nous avons seulement besoin de modifier l'action. L'action que nous utiliserons est Mail to XXX.

Dans ce cas, si nous devons changer l' adresse e-mail que nous voulons utiliser ([email protected]), nous pouvons modifier Mail to XXX à Mail to [email protected] afin que nous puissions identifier les mesures que nous exécutons. Modifier le champs 1 (Field 1) et mettre l'adresse e-mail.

Dans le champs 2 (Field 2), nous laisserons le texte qu 'il y a dans la capture. Ici nous utilisons deux macros qui remplacent l'exécution, le nom de l'agent et du module qui a généré l'alerte .

Attribuer le module d'alerte

Allez à l'édition de l'agent où nous avons défini le module et cliquez sur l'onglet d'alertes:

Maintenant, nous ajoutons le module (Host Alive), le modèle (Critical Condition) et l'action (Mail to XXX). Nous ajoutons l'alerte (Add alert).

Une fois ajoutée, nous pouvons aller voir dans la vue de l'agent et vérifier vérifiant si elle est en cours d'exécution ou non, en voyant la couleur du statut:

Nous pouvons attendre (ou forcer) la chute de l'hôte pour voir si l'alerte marche, ou nous pouvons “forcer l'alerte” pour voir si elle atteint effectivement le courrier. Nous cliquons sur l'icône pour le forcer (voir image):

Finalement, un e-mail avec l'alerte devrait atteindre le courrier électronique. Comme c'est une alerte «forcé» dans le champ de données apparaît N/A. Dans un cas réel, la valeur serait celle du module.

Les alertes de Pandora FMS sont extrêmement flexibles, et donc parfois complexes à utiliser. Il y a un chapitre de la documentation spécialement pour elles : Alertes à Pandora FMS

Surveillance d'un serveur Windows avec un agent software

Dans Pandora FMS , il y a deux types de surveillance:

  • À distance (qui est depuis le serveur de Pandora FMS à différents dispositifs).
  • Locale (l’agent software est installé sur chacune des machines à surveiller et est responsable de l'extraction de cette information et de l'envoyer au serveur Pandora FMS).

À ce stade, nous allons essayer d'installer un agent software sur un ordinateur Windows et effectuer un contrôle de base de celui-ci.

Installation de l'agent

La première étape consiste à télécharger l'agent MS Windows®. Nous pouvons le télécharger depuis :

https://sourceforge.net/projects/pandora/files/Pandora%20FMS%207.0NG/

Dans ce lien nous pouvons choisir entre l'agent de 32 bits ou 64 bits.

Une fois que l'agent est téléchargé , exécutez-le en double- cliquant dessus: L’écran de sélection de la langue apparaîtra alors :

C'est un installateur de MS Windows® standard qui demandera de suivre les étapes, accepter la licence et de passer par les différentes fenêtres de l'installateur. Sélectionnez le chemin où l'agent Pandora FMS sera installé (par défaut il s'installe à %ProgramFiles%/pandora_agent). Peut être changé en appuyant sur Browse…, une fois indiqué correctement appuyez sur Next:

Attendez que les fichiers soient copiés.

Configurez l'adresse IP (ou nom) du serveur Pandora FMS pour recevoir les données de l'agent et le groupe auquel nous voulons que l'agent soit associé .

Version EnterpriseDans la fenêtre suivante nous avons l'option pour activer la configuration à distance.Il est important de l'activer avec un 1 si nous voulons avoir une copie de l'agent dans le serveur Pandora FMS et de là, vous pouvez ajouter , modifier et supprimer des modules locaux directement à partir de l'agent.

Vous devrez décider si vous voulez commencer le service de l'agent à la fin de l'installation de l'agent Pandora FMS, sinon vous devrez le faire manuellement, ou il commencera lorsque MS Windows® redémarrera .

Une fois ce processus terminé, l'agent MS Windows® est installé et exécuté sur la machine.

Vérification de l' information renvoyée par l'agent

Une fois que l'agent MS Windows® a démarré après l'installation, il est temps de vérifier que cet agent envoie des rapports. Pour cela, nous devons connaître le nom par lequel cet agent établira ses résultats . Par défaut l'agent est créé avec le nom d'host. Nous pouvons voir le nom d'hôte de MS Windows® avec l' exécution de la commande de nom d'host dans cmd.exe.

Une fois que nous savons le nom de l'agent, la prochaine étape est de voir si elle a été créé dans Pandora FMS. Pour ça, nous avons plusieurs options. La première en regardant les détails de l'agent, au sein du groupe qui a créé l'agent, dans notre exemple le groupe Workstations.

Le moyen le plus rapide et le plus efficace de trouver l'agent c'est d’effectuer la recherche directement via Pandora FMS viseur, en indiquant le nom de l'agent.

Ici, nous trouverons l'agent et en cliquant sur ​​lui nous entrons dans les informations qu'il rapporte.

Par défaut, l'agent MS Windows® est livré préchargé avec plusieurs modules locaux, surveillance de base, comme charge de CPU (CPU Load), % mémoire utilisée (Memory_Used), espace utilisée sur les disques en MB, etc.

Si vous avez besoin d'ajouter des nouveaux modules à cet agent, vous pouvez voir la documentation avancée de: surveillance avec agent software.

Nous pouvons voir les graphiques générés avec le module de données historiques et une table avec l'historique en cliquant sur ​​les icônes comme indiqué dans la capture d'écran:

Créer un affichage visuel avec les détails de ma surveillance

Une des options de visualisation offerte par Pandora FMS est la capacité à créer des Consoles Visuelles. La console visuelle permet la représentation de l'information de surveillance en temps réel entièrement graphique. Dans cette exemple de console visuel, nous allons créé un exemple d'un réseau distribué dans le monde entier et en cliquant sur le noeud qui apparaît sur ​​l'Espagne, nous pouvons voir une autre carte de l'Espagne avec d'autres éléments de l'installation en Espagne.

Le pouvoir des cartes est qu'elles permettent de “résumer” l'état d'une carte enfant dans l'affichage de la carte père, c'est à dire, si l'un des éléments affichés sur la carte de l'Espagne se met en état critique, l'icône représentant l'Espagne deviendra rouge. Cela permet d'établir des hiérarchies très personnalisées lors de l'affichage d'informations. Les cartes peuvent contenir des informations d'état de groupes, agents, modules. Ils peuvent également inclure des graphiques et des données (numériques ou de texte), et des étiquettes de texte et les icônes.

Création Carte 1 (Père)

Dans cette première carte nous allons ajouter le statut de divers agents répartis sur une carte du monde. Il peut être fait manuellement un par un, ou par le assistante (Wizard). Pour faciliter la création de celui-ci, nous allons utiliser le Wizard dans l'exemple.

La première chose à faire est créer une nouvelle carte, que nous appellerons World Map.

Une fois créée, nous cliquons sur le Wizard d'éléments :

Dans le Wizard nous sélectionnons le type d'élément, dans l’exemple Static Graph l'image que nous voulons utiliser, si nous utilisons un item par l'agent ou par module (dans notre cas par agent), et nous sélectionnons les agents que nous allons ajouter dans la liste qui apparaît.

Cliquez sur le bouton Ajouter ( Add ) et tous les éléments créés apparaîtront sur la carte :

Nous déplaçons tous les éléments comme nous voulons les avoir positionnés sur la carte en cliquant et glissant sur ​​elle.

Création Carte 2 (fils)

Dans la deuxième carte nous allons créer un élément qui nous indiquera l'état d'un des principaux agents. Uni à lui tous les modules donnés . Cette carte visualise aussi un graphique du module FreeRAM du même agent.

La première étape consiste à créer la nouvelle carte comme nous l'avons fait la dernière fois :

Une fois créée, ajoutez l'élément qui indique l'état de l'agent sur la section Static Graph:

Créez également le graphique avec la configuration jointe, en cliquant sur l'icône du graphique, en ajoutant l'agent et le module dont le graphique va refléter.

Vous avez déjà créé l'élément principal de la carte, vous devez maintenant créer un nouvel élément pour chacun des modules qui existent dans l'agent. Pour ce faire, utilisez l'assistant (Wizard), en le configurant comme vous pouvez le voir dans la capture d'écran ci-jointe. Sélectionnez le graphique statique (Static Graph) de l'agent et les modules qui sont indiqués. Nous mettons le nom du module comme étiquette et un parent précédemment créé dans le Visual Map est attribué à cet élément, dans ce cas l'élément précédent ajouté.

Après avoir créé tous ces éléments, ils apparaîtront attachés à l'élément principal et vous pourrez les déplacer en les “glissant” directement avec la souris dans la position souhaitée.

Relier les deux cartes

Dans les étapes précédentes, nous avons créé les deux cartes. Dans cette étape, nous vous indiquerons comment cliquer sur l'élément situé en Espagne Espagne, sur la carte World Map, nous ouvrons directement la carte Spain Map.

Pour cela, nous ouvrons la carte World Map, en mode édition, un double-clic sur l'élément 192.168.70.70. Il montrera l'édition de l'élément. Nous allons ouvrir le montage de l'élément. Cliquez sur options avancées et l'option de la Linked Map , sélectionnez Spain Map. Mettez à jour l'élément (Update).

Pour revenir à la vue de la carte World Map, cliquez sur un élément placé en Espagne et il ouvrira directement la carte de l'Espagne. Si sur cette carte il y a un seul élément en rouge, l'icône représentant l'Espagne sur la carte père sera rouge.

Régler surveillance

Cette section décrit comment configurer certaines des options avancées d'un module (seuils, unités, autres).

Accédez à la vue des modules d'agent.

Sélectionnez le module à configurer

Puis nous ouvrons l'onglet Avanced Options et nous commençons à configurer les champs souhaités.

Dans les deux sections suivantes, nous allons voir comment configurer les champs Unit et Interval et les seuils Warning Status et Critical Status.

Configuration des unités d'un module

Il permet de définir les unités des données obtenues à partir d'un module. Cette unité est inclue dans les cartes et rapports, de sorte qu'il est plus facile d'interpréter les données affichées à l'utilisateur.

Par exemple, avec l'unité % : allez dans le champ Unit et tapez l'unité souhaitée.

Finalement, nous cliquons sur le bouton Update et nous vérifions que notre unité est correctement affichée dans la vue des modules.

Configurer l'intervalle d'un module

Configuration ou modification de l'intervalle du module, nous devons définir combien de fois nous voulons exécuter le module. Ceci est valable pour les modules à distance (pas en cours d'exécution sur local), les modules locaux sont configurés d'une manière plus complexe. Plus un système à distance est fréquemment suivi, plus il génère de charge sur le système.

Nous cliquons sur le bouton Update et le module sera configuré.

Configuration du seuil d'un module

Dans cette section, nous configurons les seuils Warning et Critical, les valeurs qui définissent un module doivent être dans un état CRITICAL, WARNING o NORMAL.

Dans notre cas, nous avons un module de CPU auquel nous voulons ajouter des seuils. Ce module sera toujours dans l'état NORMAL (vert) s' il est entre les valeurs 0% et 100%. Si nous voulons que ce module soit affiché dans l'état Critical ou Warning lorsque la CPU atteint un certain % nous devrons le configurer déterminant les seuils de Warning Status et Critical Status souhaités. Dans cet exemple, nous allons configurer le module dans Warning lorsque le CPU atteint les 90% de l'utilisation du module, et en Critical quand il dépasse les 95%.

Après avoir défini les seuils, nous devons appuyer sur le bouton Update et nous aurons nos seuils correctement configurés. Les prochaines données reçus interpréteront ces seuils.

Paramètres avancés des seuils

La boîte Inverse interval sert pour utiliser les rangs non contigus. Dans cet exemple, le module change l'état critique, si la valeur est inférieure à 20 ou supérieur à 80:

Dans les modules de type chaîne, le seuil est défini comme une sous-chaîne, il est possible d'inverser le module pour qu'il passe à un état CRITICAL s'il ne contient pas la sous-chaîne passée en paramètre:

Autres paramètres avancés

La configuration d'un module est très flexible, avec des dizaines de possibilités. Lisez la documentation Pandora pour découvrir chacun d'eux.

Dépannage. Où chercher , à qui demander

Les fichiers de configuration et les sources d'information de diagnostic

Les fichiers principaux de configuration que vous avez besoin de modifier/examiner sont:

  • /etc/pandora/pandora_server.conf: Fichier de configuration principal du serveur de Pandora FMS. Si vous modifiez quelque chose, vous devez redémarrer le serveur Pandora FMS.
  • /etc/pandora/pandora_agent.conf: Fichier de configuration principal de l'agent software de Pandora FMS sur Unix. Si vous modifiez quelque chose, vous devez redémarrer l'agent Pandora FMS.
  • %ProgramFiles%\pandora_agent\pandora_agent.conf: Fichier de configuration principal de l'agent software de Pandora FMS sur Windows. Si vous modifiez quelque chose, vous devez redémarrer le service d'agent Pandora FMS.
  • /etc/my.cnf: Fichier de configuration principal de MySQL.
  • /var/www/html/pandora_console/include/config.php: Fichier de configuration de la console Pandora FMS. Dans l'installation elle s’autoconfigure, mais si vous avez modifié un paramètre de l'environnement (path, IP, user/password de MySQL, hôte de MySQL) la modification devra être manuelle.

Sources d'information (logs) où vous pouvez trouver plus d'informations, erreurs, etc :

  • /var/log/pandora/pandora_server.log: Fichier journal du serveur qui contient des indices très importants. Pour afficher plus de détails, modifiez le paramètre “verbosity” du fichier de configuration du serveur.
  • /var/log/pandora/pandora_server.error: Journal des erreurs non capturés par le serveur. Il contient des traces d'erreurs qui ne sont pas traités par le serveur.
  • /var/log/pandora/pandora_agent.log: Fichier journal de l'agent Unix.
  • %PROGRAM_FILES%\pandora_agent\pandora_agent.log: Fichier journal de l'agent Windows®.
  • /var/www/html/pandora_console/log/console.log: Fichier journal de la console de Pandora FMS.
  • /var/log/httpd/error_log: Fichier log des erreurs du serveur Apache (httpd).
  • /var/log/messages: Fichier journal du système.
  • dmesg: Commande qui montre les advertisment du Kernel.
  • /var/log/pandora/pandora_snmptrap.log: Journal de traps SNMP. S'il y a une erreur au démarrage de la console de traps SNMP, il peut montrer des traces d'erreur ici.
  • /var/log/mysqld.log: Journal de Mysqld.
  • /var/log/pandora/web_socket.log: Journal de Websocket.
  • /var/www/html/pandora_console/log/cron.log: Journal de cron.

Permissions de certains répertoires :

  • /var/spool/pandora/data_in/ doit être de pandora:apache avec permis 755.
  • /var/log/pandora/ doit être de pandora:root avec permis 755.
  • /var/www/html/pandora_console/include/config.php doit être de apache:apache avec permis 600.

Dans les versions antérieures à 747, le chemin de stockage du journal de la console est :
/var/www/html/pandora_console/pandora_console.log

Support

Le forum est ouvert à tous, créez un compte et posez vos questions :

Vous avez une liste de questions récurrentes (FAQ) qui peuvent vous donner un indice ou directement une solution à un problème spécifique:

Bien sûr, vous avez également la possibilité de vous former, à travers des cours officiels de Pandora FMS (certifié), rechercher dans :

Toute personne souhaitant nous aider dans le développement du programme, la rédaction de documentation ou toute autre tâche améliorant Pandora FMS sera toujours la bienvenue. Rejoignez-nous!

https://pandorafms.com/en/community/join-us/

Retour à l'index des guides rapides.